La Résilience : Quelques syllabes devenues phénomènes, par Marie Robert

par Marie Robert, philosophe, professeure et écrivaine

Avant d’être un terme psychologique, la résilience renvoie au monde de la physique. Elle désigne la valeur caractérisant la résistance au choc d'un métal.

Par extension, la résilience est donc devenue la capacité qu’ont les organismes vivants à surmonter des chocs traumatiques.

Précieuse et indispensable vertu, si bien nommée par Boris Cyrulnik, la résilience permet de transformer la souffrance pour ainsi ne plus vivre dans le malheur et se reconstruire.

Mais à force d’être employée pour tout et n’importe quoi, la notion se brouille, et devient peu à peu une énième injonction, qui au lieu de dégager l’horizon, l’obscurcit en nous imposant de nous remettre au plus vite de tous nos drames. C’est oublier un peu vite la complexité du phénomène et de nos vies psychiques. Tout peut-il être converti en positif et en étape vers le mieux-être ? Sans doute pas.

La souffrance demeure souffrance, et c’est la raison pour laquelle elle mobilise notre courage. C’est parce que le manque est visible, parce que l’amour n’a pas été là, et qu’on en reconnaît la difficulté, qu’on peut décider de faire autrement. C’est parce qu’on a affronté, décortiqué, analysé, pleuré, enragé, qu’on trouve les ressources pour dépasser et pour faire autrement, pour se créer à nouveau.

La résilience est un long chemin, qui engage notre lucidité, notre force, notre éthique, notre espoir. Et c’est dans ce parcours qu’on apprend à briser les schémas et les fatalités.

Parmi les illustrations les plus évocatrices de la résilience dans la nature, nous pouvons citer les plantes adaptogènes. Depuis des milliers d’années, ces végétaux extraordinaires s’adaptent aux agressions extérieures et aux facteurs de stress de leurs environnements souvent hostiles. Froid, sècheresse, manque d’eau ou d’oxygène... Pour survivre, ils ont appris à développer une certaine capacité de résistance et à se protéger.

C’est en s’inspirant de leur histoire qu’Ehsane Cassam-Chenaï, fondateur d’Hygée, et son conseiller scientifique le Dr Regis Meyronet, médecin nutritionniste et spécialiste du système nerveux, ont imaginé une nouvelle formule hautement dosée en adaptogènes baptisée La Résilience.

La Résilience

Prendre soin de soi, c’est découvrir qu’il y a des clairières, même dans les forêts obscures. Alors à tous ceux qui cheminent sur cette crête, souhaitons beaucoup de courage et d’amour.

--

Retrouvez Marie Robert sur son compte Instagram @philosophyissexy et son billet chaque matin qui dépoussière la philosophie en l’ancrant dans notre quotidien. Découvrez également notre interview de cette philosophe, professeure et écrivaine.